Black Out de Marc Elsberg (via madisonroad.fr)
Livres

Vendredi Lecture : Black Out de Marc Elsberg

28 juillet 2017

Deuxième Vendredi Lecture sur le blog et cette fois je rentre un peu plus dans le vif du sujet en vous présentant un livre : Black Out de Marc Elsberg.

Je suis tombée par hasard dessus à la bibliothèque, comme bien souvent. En errant à la recherche d’une lecture, il était en présentoir. Et puis le fait de voir « Prix des lecteurs » m’encourage toujours un peu plus donc je l’ai pris.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, j’ai mis un peu de temps pour vraiment accrocher. Mais le mauvais temps pendant mes vacances m’a aidée à plonger dans ma lecture. Pas spécialement emballée, motivée et pourtant, j’ai eu du mal à m’arrêter.

Black Out – résumé

Par une froide soirée d’hiver, le réseau électrique européen commence à lâcher. De nombreux pays s’enfoncent dans l’obscurité et plusieurs centrales nucléaires mettent en danger la vie de millions d’être humains. Menace terroriste ou défaillance technique ? Piero Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui es responsable. Avec l’aide d’un policier français d’Europol, François Bollard, Manzano s’engage dans une véritable course contre la montre face à un adversaire aussi rusé qu’invisible.

 

Black Out – mon avis

L’histoire met du temps à vraiment démarrer, j’ai mis du temps à rentrer dedans. Mais une fois lancée, dur de s’arrêter.
Une histoire invraisemblable mais tellement possible à l’heure où nous sommes très connectée. Et encore plus, qu’au moment où je lisais les pages, on apprenait une nouvelle attaque informatique touchant plusieurs grosses entreprises. Après celle touchant les hôpitaux, en lisant Black Out j’avais un peu peur.

Marc Elsberg le dit à la fin du livre, il ne donne pas les clés pour que la situation de son roman se réalise mais ce n’est pas impossible. Tout est possible à qui se donne les moyens…

Enfin bon, ce que j’ai aimé dans le livre c’est qu’il montre à quel point nous sommes dépends de la technologie, de l’énergie, d’internet. Imaginez un monde sans électricité, donc sans possibilité de se chauffer (à moins d’avoir une cheminée ou un poêle à fioul) ou de faire à manger (sauf pour ceux qui sont habitués au camping). Plus de téléphone, plus d’ordinateur, plus de communication possible. Les hôpitaux sont saturés, ne peuvent pas fonctionner, les systèmes s’effondrent.
Si au début, l’entraide est de mise, sur le long terme c’est une question de survie et l’individualisme prend le dessus. Chacun pour soi. La nature humaine de l’homme ressort.

Black Out pourra plaire aux écolos, ceux qui militent pour l’arrêt des centrales nucléaires. Et quand on lit le livre, on aurait tendance à être d’accord aux eux (sous réserve bien sûr qu’il y est une part de vérité dans le roman à ce sujet).
Ceux qui sont anti-technologie, qui arrivent à y résister, seront les mieux préparés si jamais il y avait un problème de cet ordre.
Du coup oui, ça fait réfléchir sur notre rapport à la technologie. Notre dépendance. On le voit très bien, quand il y a une petite coupure internet, c’est limite la fin du monde pour certains.

Au final

Après avoir terminé Black Out, j’avais (et j’ai toujours) envie de trouver une solution à cette dépendance. Bien sûr, impossible de faire l’impasse pour certaines choses, mais on peut se détacher de tout ça pour d’autres.
Je commence aujourd’hui le nouveau roman de Marc Elsberg, et je vous en parlerai une fois terminé.

Vous pouvez partagerShare on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*