J'ai envie d'avoir plusieurs vies (via madisonroad.fr)
Développement

J’ai envie d’avoir plusieurs vies

18 septembre 2017

La vie est pleine de possibilités. C’est ce que je réalise de plus en plus, en observant le monde autour de moi, en écoutant les gens. Et j’ai envie d’avoir plusieurs vies.
De ne pas m’enfermer dans la même routine, le même boulot trop longtemps.
J’ai envie de continuer à apprendre, à découvrir de nouvelles choses, de nouveaux domaines.

Je m’ennuie assez vite, en général au bout de 6 mois j’ai fait le tour et c’est suffisant pour moi. Boulot ou non. A part aujourd’hui, où cela fait 1 an que je bosse au même endroit, sans que je me lasse vraiment. Sauf après 4 mois où j’ai fait une crise mais il y avait des circonstances (que je n’oublie pas, #rancunière).
Je ne ressens pas ce besoin vital, pour mon bien-être, de partir. Pour le moment.
Une part au fond de moi sait qu’il va falloir partir un jour. Et la question aujourd’hui est de savoir vers quoi.

Vie 1

Je dirais que ma « première vie » a commencé avec mes études dans la communication.
J’ai toujours aimé écrire, partager, faire connaître des choses aux gens, faire de la publicité quoi. Alors je me suis orientée dans ce milieu. Relations publiques, community manager, assistante communication, j’ai aimé ces 5 années. Mais j’avais envie d’en apprendre plus, toujours plus mais personne n’a pu m’apporter des réponses.
Puis, après 1 an de galère pour trouver un nouveau poste : trop de stages (faudrait vraiment les encadrer !), des CDD, des « pas assez d’expériences », des annonces avec « URGENT » recherche stagiaire (haha !). Bref, pendant cette période, j’ai réalisé qu’il fallait se battre dans ce milieu et je n’avais pas envie de le faire. J’aime la communication, j’aime faire la promotion d’une chose, d’un endroit mais je le fais naturellement.

Et puis, trop de monde qui veut être dans la communication, très peu de postes pas rapport à la demande, pas de possibilités d’avoir un CDI, il faut se mettre en Freelance. Il faut se battre ? Sans moi les gars. Bonne continuation.

Vie 2

Aujourd’hui, j’en suis à ma deuxième vie et, s’il y a aussi du monde dans ce milieu, il y a toujours du boulot. Toujours.
Cela fait aujourd’hui 8 ans (oui, j’ai commencé en parallèle de ma Vie 1, en faisant du bénévolat) que je suis dans l’hôtessariat. Travailler face au public, une chose plutôt surprenante pour quelqu’un d’introverti et qui aime le calme. Mais j’ai trouvé mon équilibre et cela me plaît.
Bien sûr, il y a des jours, des gens qui rendent les choses fatigantes et compliquées : les râleurs, les assistés, les touristes aussi qui ne font aucun effort, et j’en passe. Mais ma philosophie, c’est de toujours voir le positif. Donc j’essaye, et j’arrive la plupart du temps à ne pas être touchée par les mauvaises choses de ce boulot. Et quand les gens sont gentils, compréhensifs, ça reste gravé en tête et allège le reste. Et il y en a qui illuminent la journée et ça, c’est magique et on ne le trouve pas partout.

 

Changer de boulot fait du bien, je n’y vois que du positif. Épanouissement personnel et professionnel. J’ai d’ailleurs du mal quand j’entends dire (et critiquer) que les gens sont instables s’ils changent régulièrement de boulot. Si les gens changent c’est que :

  1. c’est la réalité de la situation de l’emploi actuel : CDD renouvelables (à volonté ?), pas de CDI, que des stages,…
  2. c’est un choix

Je préfère les gens qui en font un choix. Bien sûr, je comprends tout à fait les gens qui souhaitent de la stabilité pendant un temps sans la trouver. Mais quelqu’un qui reste dans le même boulot, la même boîte pendant plus de 10,20 ans, je trouve ça moins intéressant. Triste même. Car, pour moi, je vois cela comme un enfermement, une non recherche d’évolution personnelle. Il n’y a pas d’envie réelle. Alors forcément, j’adore et admire celles et ceux qui plaquent tout pour se reconvertir et faire ce qu’ils aiment vraiment. Car la question est là. Changer de boulot, n’est-ce pas rechercher à être heureux ?

Des gens inspirants

Avec mon boulot, j’ai rencontré des gens comme ça. Qui ont changé de carrière à plusieurs reprises, et j’aime toujours les entendre me parler de leur vie d’avant et celle de demain.

  • Je pense à Mister A.
    La première fois que je l’ai vu, il me faisait peur, le type pas aimable. Mais avec le temps, ce sentiment a disparu et surtout j’ai appris le connaître. Agent de sécurité aujourd’hui, il était avant ça militaire dans son pays, avant de faire la Légion étrangère. Je n’y aurais jamais pensé et ça explique certaines choses.
    Demain ? Il sait déjà ce qu’il fera comme nouveau métier, il est préparé et changera radicalement d’univers. Et il en apprendra encore. Parce que ça lui plaît.

 

  • Je pense à Madame V.
    Dès que je l’ai rencontrée, elle parlait déjà d’être à l’air libre. Et aujourd’hui, après des années passées principalement enfermée dans le noir, elle se dirige vers un métier en plein air. Sa motivation, son enthousiasme sont contagieux et motivants. Et je sais que ça en motivera d’autres autour d’elle pour faire de même. Se réaliser, chercher quelque chose où s’épanouir vraiment.

 

  • Je pense à Monsieur S.
    Pour moi, il a un parcours riche. Employé, directeur, entrepreneur et je ne sais quoi d’autre. Il en a fait tellement, je pense que mon parcours ressemblera plus au sien. Ou pas.

 

J’ai envie d’être comme eux. De changer de vie, de ne pas m’enfermer dans une routine trop longtemps. Je déteste quand on me demande ce que je ferais dans 1 an ou dans 5 ans. Regardons déjà maintenant. Et puis de toute façon, j’ai toujours envie de changer donc je ne peux pas répondre précisément.
J’ai envie d’apprendre de nouvelles choses, encore et encore, de voir toutes les possibilités que le monde a à offrir. Je veux me découvrir.

J’ai envie d’avoir plusieurs vies.

Vous pouvez partagerShare on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Only registered users can comment.

  1. Ton post est complètement inspirant ! Je suis dans une période de ma vie où je remets beaucoup de choses en question, surtout au niveau de ma vie professionnelle. J’ai longtemps cherché ma voie, avant de comprendre que ce monde : diplome-stages-CDI ne m’intéressait pas du tout. Pour le moment, je continue mes études (qui ne me plaisent pas). A côté de ça, je mets beaucoup de coeur dans des projets, à fin d’un jour pouvoir ouvrir ma boutique. En attendant, ça fait un bien fou de lire des témoignages comme les tiens, on se sent toute de suite moins « seule » 🙂

    1. C’est une vaste question que celle de « trouver sa voie » 🙂 Et la société nous pousse trop à rentrer dans des cases. Mais tout le monde n’est pas fait pour ce système là !
      Tu as bien raison de te concentrer sur tes projets, c’est le plus important et si ça te motive, il ne faut pas lâcher ! Mais pourquoi continuer ces études si tu n’es pas satisfaite ? N’y a t-il pas un autre chemin, une autre parenthèse, où tu serais mieux, que tu peux faire avant de concrétiser ton projet ?
      En tout cas, sache que l’on n’est jamais seul(e) ^^ Dire les choses et les pointer du doigts, ce n’est pas évident 😉

  2. Un très bel article avec un fil conducteur que je comprends que trop bien. Comme toi, ma vie a déjà changé à plusieurs reprises : un premier boulot pas inspirant malgré l’enrichissement personnel, un deuxième en reprise d’étude passionnant mais malheureusement bouché. Et je pense déjà à me réorienté alors que je viens juste de finir mon apprentissage de libraire.
    Pourquoi s’enfermer dans un seul avenir alors qu’on est un touche-à-tout ? Je ne comprends pas ce principe. Il a l’air de choquer les gens autour de moi mais je ne me vois pas finir au même endroit, j’ai besoin de bouger tout comme toi.
    Mon objectif maintenant c’est d’arriver au bout de cette réorientation avec, au bout, le pouvoir de m’expatrier au bout du monde !

    1. J’adore ta phrase : Pourquoi s’enfermer dans un seul avenir alors qu’on est un touche-à-tout ?

      C’est tellement ça ! Et cette société qui veut nous enfermer dans des cases et ne supporte pas les gens comme nous. Curieux, ouverts, débrouillards.
      Je trouve qu’une personne qui évolue dans différents modèles aura toujours plus à apporter aux autres que quelqu’un qui a fait/fait la même chose toute sa vie. Elle ne saura faire qu’une chose quand l’autre saura en faire plus.

  3. Je ne peux qu’approuver !
    Depuis l’âge de 19 ans, j’ai toujours décroché des CDI et je les ai tous quitté.
    Comme toi, je me lasse vite et parfois tu n’as pas toujours l’opportunité de faire évoluer ton poste.
    J’ai bossé ainsi dans la vente, à la SNCF, comme hôtesse d’accueil, assistante de direction dans différents secteurs (agence de com’, fédération française du bâtiment, cabinet comptable…). Mon entourage et mon père désapprouvaient systématiquement ces démissions. Je te raconte pas le scandale quand je suis partie de la SNCF :o)
    Mon dernier poste en CDI était super bien payé mais il ne me plaisait pas.
    A 33 ans , j’ai changé encore de domaine pour devenir pigiste. Cela fait maintenant 8 ans et c’est la première fois que tiens aussi longtemps :o)
    Certes, je gagne largement moins qu’avant mais je suis tellement plus épanouie. Et si demain, je devais reprendre un job « alimentaire », j’aurais au moins la satisfaction de ne pas avoir de regrets.
    Voilà c’était 3515 MAVIE :o)

    1. Ouah ! Quel parcours ! Je trouve ça vraiment inspirant alors merci pour ton 3515 MAVIE 🙂

      Ça fait plaisir de voir que d’autres personnes pensent pareil, que l’entourage ne comprend pas ces choix (j’ai l’impression que c’est plus les pères que ça dérangent). Ils sont trop fermés dans le système de la société et ne semblent pas comprendre qu’on cherche avant tout un épanouissement personnel plutôt que financier.
      Faire ce que l’on a envie de faire, vivre la vie que l’on veut. J’en ai de plus en plus envie et je sais que ça arrivera d’ici 2 ans. Encore un changement, mais j’espère qu’il sera cette fois le bon ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*