Coup de coeur : Les Figures de l'ombre (via madisonroad.fr)
Cinéma

Coup de coeur : Les Figures de l’ombre

13 juillet 2017

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un film sorti cette année et que j’ai beaucoup aimé. Les Figures de l’ombre.

L’histoire de trois femmes, afro-américaines, travaillant à la NASA et qui sont derrière la réussite américaine dans sa conquête de l’espace pour avoir envoyer en orbite un astronaute.

Je ne sais pas si vous avez vu le film mais je vous le recommande vivement !

Le film est typiquement américain, la réalisation correct et sans prise de risque, une bande originale très entraînante. Et tous les acteurs jouent très bien (Kevin Costner y compris), même si j’aurais tendance à trouver que Octavia Spencer fait du Octavia Spencer. Je n’ai rien contre elle, je l’apprécie mais bon, elle reste dans son registre. Après, elle a une des meilleures répliques de tout le film.

J’ai vu le film 2 fois au cinéma (ce qui est rare) et forcément, je ne pouvais pas ne pas acheter le blu-ray sorti hier. J’attends maintenant d’acheter le livre, quand il sortira en poche.
Donc oui, on peut dire que j’ai aimé Les Figures de l’ombre et je vous dis pourquoi.

Les maths c’est sexy

J’aime à croire que si j’avais vu le film à 13 ans, j’aurais cherché à être meilleure en maths, plutôt que d’y être complètement réfractaire.

C’est un exploit, en plus de peut-être venir d’une maturité d’esprit, mais la première chose qui fait que j’ai aimé c’est que le film rend les maths sexy.
Je ne saurais dire d’où cela vient mais c’est bien la première fois qu’un film me donne envie de faire des maths. Moi la littéraire, allergique aux chiffres, voilà que je me mets à faire des calculs de tête plutôt que d’utiliser la calculette.
Je n’ai pas compris les calculs du film mais je n’ai pas eu mal à la tête ou décroché. Alors que c’est en général ce qui m’arrive.

Les Figures de l’ombre, où comment donner envie de faire des maths. De les rendre intéressantes et attrayantes, notamment grâce à la prestation de Taraji P. Henson.

Grâce aux femmes, ces Figures de l’ombre

En pleine période où il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent pour réclamer l’égalité des femmes, j’ai trouvé Les Figures de l’ombre très fort à ce niveau. J’ai d’ailleurs été (très) déçue qu’il ne remporte pas l’Oscar du meilleur film. Non pas que je n’ai pas aimé Moonlight et son message.
Mais dans Les Figures de l’ombre il y a le travail de la femme, la place de la femme dans le monde du travail et il y a aussi les relations qu’elle entretient avec les autres femmes. Et en plus, le film montre le travail de la femme noire, dans une Amérique en pleine ségrégation.

On demande à la femme de travailler deux fois plus qu’un homme, mais une femme de couleurs devra en faire trois fois plus. Toujours plus d’efforts, toujours des bâtons dans les roues parce qu’elle est noire, et peu importe qu’elle travaille à la NASA.
Victime de sexisme et de racisme, elle doit s’affirmer, trouver sa place dans un monde de blanc et d’homme, et montrer qu’elle est indispensable.

 

Voilà pourquoi j’ai aimé Les Figures de l’ombre. J’ai hâte de revoir le film, et de lire le livre. Et j’envisage sérieusement de me remettre aux maths. Après tout, il n’est jamais trop tard…

Vous pouvez partagerShare on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*